JobyStories

Elwin

Lyonnais et altruiste comme Tony Parker
En 2001 Tony Parker est drafté chez les Spurs de San Antonio. La même année, Elwin Ndjock naît à Lyon. Tiens tiens. Minot, il court déjà partout. Si bien que ses parents l'inscrivent au club de Basketball de Gerland. Qui sait ?Son père l'encourage à tout donner dans le basket alors que sa mère temporise. Le sport c'est bien, les études c'est mieux. Pour ne vexer personne, Elwin décide d'être excellent partout : il met tout le monde à l'amende sur le parquet tout en étant premier de la classe. Il a beau déconné avec ses amis, Elwin a la tête bien vissé sur les épaules. Même si les chances sont minces, il donne tout pour devenir joueur pro. Les meilleurs basketteurs ont de quoi faire rêver : compétition de haut niveau, grosse popularité, beaucoup d'argent ... Elwin n'est pas insensible aux sirènes du succès mais il impressionne déjà par sa maturité. Pour lui, l'argent ou l'influence ne sont pas des fins en soi. Plutôt des moyens d'atteindre d'autres objectifs. Comme Tony Parker qui exauce les vœux des enfants avec l'association Make a Wish, Elwin veut avoir un impact positif sur le monde. C'est la force des grands sportifs : avoir des motivations qui dépassent le cadre de leur discipline. Même si elles sont souvent acquises au prix d'expériences difficiles.
Ambitieux et déterminé comme Michael Jordan
Avant d'atteindre la popularité de Michael Jordan, d'être égérie Nike, de tourner des films et d'influencer le monde, Elwin doit faire ses preuves ballon en main. Il commence le mini basket à 3 ans avant d'intégrer le pôle espoir à 14 puis l'ASVEL à 15. Difficile de faire mieux. Dès la fin du collège il est en sport étude avec un entrainement par jour, puis deux lorsqu'il intègre l'ASVEL. Le rythme est intense pour un jeune en croissance. Elwin en est conscient mais pour être un jour repéré par une grande équipe, il doit être à 200%. En 2020, il rejoint la catégorie U21. C'est la tranche d'âge critique pour tous les jeunes qui rêvent de devenir pro car c'est en deuxième ou troisième année que la majorité des recrutements se font. Chose assez rare et encourageante, Elwin a reçu des propositions dès sa première année. Il a préféré les refuser, alors qu'il aurait pu ne jamais les recevoir, à cause d'une grave blessure. Elwin se casse le poignet et souffre d'un déchirement osseux au genou quelques mois après son entrée au pôle espoir. Il a poussé son corps au delà de ses limites. A la retombé d'un saut anodin, les rêves et le corps d'Elwin se brisent simultanément. Si la douleur est intense, c'est la panique qui prend le dessus. Sa carrière s'arrête peut-être ici, à 14 ans. Le gamin hyperactif se retrouve en fauteuil roulant. Ni sa famille ni ses amis ne parviennent à le consoler. S'il veut un jour rejouer au basket à haut niveau, il doit passer plusieurs semaines dans une centre de rééducation.

"Je me suis dit que c'était fini. Pour moi c'était la fin du monde. Je n'arrivais pas à relativiser."

Mature et philosophe comme Elwin Ndjock
Lorsqu'il se blesse, tous les centres de rééducations affichent complet. Par défaut, il est transféré dans un centre d'urgence réservé aux grands brûlés et aux accidents graves. Là bas il est confronté à des souffrances habituellement cachées aux enfants. Il rencontre un jeune dont les os sont si fragiles qu'un footing peut lui briser les tibias. Un autre atteint d'un cancer avancé, un troisième brûlé si gravement que le moindre battement de cil est douloureux. Depuis ses premières années de basket, Elwin suit un parcours d'excellence où il côtoie uniquement les meilleurs. Dans le centre de rééducation, il réalise que beaucoup de jeunes n'ont même pas la chance de pouvoir pratiquer un sport. En comparaison, Elwin est en bonne santé, il a des capacités physiques au dessus de la moyenne et un environnement favorable. C'est un choc. Il commence à considérer la réussite comme un devoir envers tous ceux qui en rêvent mais qui n'en n'ont pas les moyens. Il relativise sa blessure, jusqu'à la considérer comme une opportunité. Une cicatrice qui lui rappelle pourquoi il se bat.Cette expérience a renforcé les motivations altruistes d'Elwin. Il espère créer un cercle vertueux en puisant sa motivation auprès des malchanceux et en les aidant en retour grâce à son succès.

La passion du graphisme

Si tu souhaites découvrir son travail, consulte ses réseaux sociaux.
Suis-la sur Instagram : @b.sign

La passion du dessin

Retrouve la sur les réseaux et découvre quelques créations.
Suis-la sur Instagram : lxcie_creation

Tu souhaites suivre les aventures de Damien dans ses exploits sportifs ?
Suis-le sur Instagram.

Mu’ethik est un collectif indépendant.

Découvre un de leur projet vidéo.
Mu'ethik vous présente l'Archipel Kyosei acceuili par SOFFFA. C'est un collectif d'entrepreneurs engagés sur des thématiques diverses avec une vision systémique !

Suis-les sur les réseaux

Une histoire à raconter ?

Une histoire à raconter ?

Une histoire à raconter ?

Une histoire à raconter ?