JobyStories

Loïc

La découverte des échecs
C’est en CE2 que Loïc découvre les échecs. Il choisit l’option “Échecs” pour se former deux jours par semaine avec un animateur spécialisé. L’année d’après, il s’inscrit dans un club et commence les compétitions. Les parties officielles et le challenge qu’elles représentent à chaque fois le font avancer et beaucoup progresser. Les échecs lui permettent de développer son imagination. "Tous les jours, j’invente des trucs dans les échecs. Je crée ce qu’on appelle des nouveautés dans les ouvertures. Ça demande beaucoup de travail, quand des millions de parties ont été jouées." Pour se concentrer un peu plus sur sa passion et pouvoir faire un maximum de tournois en France comme à l’étranger, il choisit de terminer son année de terminal à distance, via le CNED (Centre National d’Enseignement à Distance). Il jongle entre les échecs et des cours particuliers d’Histoire, de Philosophie ou d’Economie et obtient son BAC. Une organisation qu’il n’aurait pas pu tenir sans sa mère. Le bac était d’ailleurs une condition sine qua none pour commencer sa carrière professionnelle.
Un jeu où des milliards de coups sont possibles
En septembre dernier, il commence donc sa carrière professionnelle en mettant momentanément ses études en pause pour se concentrer entièrement sur sa passion. Il s'entraîne tous les jours entre 2h et 7h. Pour l’épauler, Loïc peut compter sur un champion : Romain Edouard. Sacré champion d’Europe des moins de 16 ans en 2006, il acquiert le titre de grand maître international en 2009. Les échecs sont sa passion : "Je ne pense presque qu’à ça. Les échecs ont une place énorme dans ma vie. Une partie contre Magnus - le numéro 1 mondial et champion du monde en titre - ce serait mon rêve ultime." Lors de ses entraînements, il travaille des positions bien définies et essaye de trouver des meilleurs coups. L’objectif est de créer des automatismes en apprenant des millions de coups et de variantes par cœur. Avoir une bonne mémoire est donc essentiel pour jouer aux échecs à ce niveau. Il y a des milliards de possibilités jouables, mais il faut réussir à évaluer en un temps moindre si la position que l’on va jouer est gagnante ou perdante. C’est très technique. Loïc joue également dans des clubs en Espagne et en Hongrie. En tant que joueur d'échecs professionnel, il peut faire s’il le souhaite faire partie d’un club par pays. Il se rend dans ces pays de manière occasionnelle, pour des compétitions le plus souvent. Après ces longues années d’entrainement, Loïc est capable d’anticiper maintenant jusqu’à 10 coups de part et d’autre, avec plusieurs possibilités à chaque coup. Son record ultime : une série de 33 parties sans perdre !

"Les échecs ont une place énorme dans ma vie. Une partie contre Magnus - le numéro 1 mondial et champion du monde en titre - ce serait mon rêve ultime."

Des bancs de l’école aux compétitions internationales
Les échecs utilisent le classement ELO, qui est aussi utilisé au football. Une victoire fait gagner des points, une défaite en fait perdre. Les débutants commencent avec 1000 points. Loïc est actuellement à 2450, il a le donc un titre de maître international, qui nécessite plus de 2400 points. Le champion du monde en titre, Magnus Carlsen, d’origine norvégienne est à 2847 points. Loïc participe à des matchs par équipe, il joue notamment pour le Club de GRASSE dans le sud de la France et s’entraîne à Paris. Cette année, il aura également l'occasion de réaliser une compétition à Chartres. L’équipe de Loïc figure dans le top 16 des meilleures équipes. Lors d’un match d’échecs par équipe, tout le monde joue sa partie : les 8 joueurs de l’équipe affrontent chacun de manière individuelle leur homologue dans l’équipe adverse. L'avantage est de jouer en équipe et de pouvoir être payé même s’il perd une partie individuelle. Dans les compétitions individuelles, c’est tout ou rien, si tu gagnes, tu as de l’argent. Sinon tu ne gagnes rien. Dans un avenir proche, Loïc espère obtenir le titre de grand maître international, l’équivalent de ceinture noire aux échecs. Ce titre lui permettrait d’obtenir plus d’invitations dans les tournois et les clubs à l’étranger. "C’est l’objectif de ma vie. Si je ne réussis pas, c’est vraiment que je suis passé à côté de quelque chose dans ma vie." Son prochain temps fort : une compétition en Italie pour essayer de gagner des points et atteindre les 2500 points. Ce niveau lui permettrait d’atteindre son objectif, celui d’ avoir le statut de Grand Maître International.

La passion du graphisme

Si tu souhaites découvrir son travail, consulte ses réseaux sociaux.
Suis-la sur Instagram : @b.sign

La passion du dessin

Retrouve la sur les réseaux et découvre quelques créations.
Suis-la sur Instagram : lxcie_creation

Tu souhaites suivre les aventures de Damien dans ses exploits sportifs ?
Suis-le sur Instagram.

Mu’ethik est un collectif indépendant.

Découvre un de leur projet vidéo.
Mu'ethik vous présente l'Archipel Kyosei acceuili par SOFFFA. C'est un collectif d'entrepreneurs engagés sur des thématiques diverses avec une vision systémique !

Suis-les sur les réseaux

Une histoire à raconter ?

Une histoire à raconter ?

Une histoire à raconter ?

Une histoire à raconter ?